pornBLOCK

hidden_text

Online shopping for the latest electronics, fashion, phone accessories, computer electronics, toys, home&garden, home appliances, tools, home improvement and more.

Le masque à Paris, des sportifs unis, l'Italie et ses "Tanguy"
JE M'ABONNE


Bonjour 👋 !

Nous sommes le vendredi 28 août et nous entamons ce soir le dernier week-end avant la rentrée scolaire 🎒✏️. Voici votre Newsletter du Matin.


Anticiper

LES INFOS DU JOUR
Le masque obligatoire à Paris, Macron parle à la presse, la cinéma a (enfin) son festival

Dans les rues de Paris. (Reuters)

1 - Le masque s'impose partout. Après Marseille, Nice ou Toulouse, le port du masque sera obligatoire dans toute la capitale et en petite couronne dès 8 heures aujourd'hui. Outre les piétons, sont concernés selon la préfecture de Paris "les utilisateurs de vélos, deux-roues, trottinettes et autres engins de mobilité personnels, motorisés ou non". "

2 - Macron revient devant les journalistes. A l'invitation de l'Association de la presse présidentielle (APP), le président de la République participera demain à une séance de questions-réponses où il devrait revenir sur la situation épidémique, le plan de relance, la rentrée scolaire ou encore sur les nombreuses polémiques concernant la sécurité.

3 - Les stars convergent vers Angoulême. Le chef lieu de la Charente accueille à partir d'aujourd'hui le premier festival cinématographique d'envergure depuis le début de la crise sanitaire. Huppert, Adjani, Frot, Depardieu, Boon, mais aussi 20.000 spectateurs sont attendus pour cette édition très spéciale, où le port du masque sera obligatoire.

L'ACTU À VENIR

Emmanuel Macron interdit la chasse à la glu… pour cette année seulement

Lire la suite

Les enjeux que soulèvent la visite du chef de la diplomatie chinoise en France

Lire la suite


Expliquer

NOTRE TOPO D'ACTU
Ce qu'il faut savoir sur le mouvement inédit de boycott dans le sport américain

Les Milwaukee Bucks ne se sont pas rendus sur le terrain lors des playoffs de la NBA, mercredi. (Sipa)

Le sport américain à l'arrêt. Mercredi, les basketteurs des Milwaukee Bucks ont boycotté un match de NBA en réaction à l'affaire Jacob Blake qui a relancé le mouvement antiraciste aux Etats-Unis. Ce jeune Afro-Américain de 29 ans a été la cible de sept balles tirées dans son dos par un policier dimanche dernier, dans la ville de Kenosha (Wisconsin). La NBA a ensuite reporté les deux autres matches de la soirée et organisé une réunion d'urgence avec toutes les équipes de la compétition. D'autres matches de tennis, de football américain et de baseball qui devaient avoir lieu mercredi et jeudi ont été reportés.

Pourquoi c'est important. Le sport, et surtout le basket, est au cœur de la lutte antiraciste aux Etats-Unis. En 2014, LeBron James avait obtenu le bannissement à vie du propriétaire des Clippers après des propos racistes. En juillet, après la mort de George Floyd, la ligue a autorisé les joueurs à poser un genou au sol pendant l'hymne - un signe de protestation contre les violences policières - même si son règlement l'interdit. Le slogan "Black Lives Matter" est désormais inscrit sur les parquets pendant les matches et peut être floqué au dos des maillots, en soutien au mouvement. Mais la mobilisation des joueurs, qui s'est intensifiée depuis hier, marque un tournant dans l'histoire de la NBA.

Un front pas si uni. Il y a des dissensions entre les joueurs : certains reprochent aux Bucks d'avoir agi en solitaire, sans en informer les autres équipes, leur forçant un peu la main.

👉 Si vous voulez en savoir plus sur le sujet, cliquez ici.

NOS ARTICLES POUR DÉCRYPTER ET MIEUX COMPRENDRE

CARTES. Voici les régions et départements qui offrent des masques aux élèves avant la rentrée scolaire

Lire la suite

Coronavirus : à Marseille, Vassal et Rubirola s'unissent contre l'Etat

Lire la suite


Surprendre

NOTRE INFO EN PLUS
En Italie, la justice ne rigole pas avec les "Tanguy"

On les connaît en France sous le surnom de "Tanguy" depuis le cultissime film éponyme d'Etienne Chatiliez, sorti en 2001. En Italie, les adultes qui refusent de quitter le domicile parental sont surnommés les "bamboccioni" ("gros bébés") ou "mammoni" ("fils à maman"). Mais de l'autre côté des Alpes, ces vieux enfants attachés au confort du nid familial constitue un véritable problème sociétal. Si en France, les jeunes quittent le foyer parental à 23,7 ans en moyenne selon Eurostat, les Italiens ne le font pas avant 30 ans. De quoi creuser les dépenses de leurs parents.

C'est justement la raison pour laquelle un père divorcé a intenté une action en justice pour ne plus verser de pension alimentaire à son fils, un professeur de musique remplaçant de 35 ans vivant avec sa mère. Le 14 août, la Cour de cassation italienne lui a donné raison. Une décision historique au pays de l'enfant roi, où la tradition veut que plusieurs générations d'une même famille cohabitent sous le même toit. Car la décision de l'instance judiciaire est pour le moins tranchée. Selon elle, il revient à l'enfant de "réduire ses ambitions d'adolescence" pour subvenir à ses besoins. Elle a même mis en garde contre les "comportements d'inertie", voire de "parasitisme" des jeunes qui vivent au dépens de leurs parents.

Pour autant, il serait réducteur de considérer tous les "bamboccioni" de la péninsule comme des êtres fainéants et ingrats. Aujourd'hui, une grande majorité d'entre eux sont en réalité contraints de rester au domicile parental pour des raisons économiques, alors que le coût des loyers et la précarité de l'emploi sont importants en Italie.

NOS ARTICLES QUI VONT VOUS SURPRENDRE

"Les faussaires de Dieu", la chronique de Teresa Cremisi

Lire la suite

Avec son nouvel album "Got to Be Tough", le reggaeman "Toots" ­Hibbert garde sa flamme intacte

Lire la suite



Découvrez notre offre d'abonnement, gratuite pendant 2 mois
  • Le Journal du Dimanche, le week-end, votre journal à lire et télécharger en version numérique dès le samedi soir à 23h45
  • Le Journal de Demain, chaque soir, du lundi au samedi, l'actualité du lendemain ... avant tout le monde
  • Bon Dimanche, le mercredi, La sélection exclusive de la rédaction pour organiser votre week-end
  • Bon Dimanche à Paris, le vendredi, votre week-end à Paris et en Île-de-France
  • Lejdd.fr en illimité, 100% des articles premium disponibles
Je m'abonne
0€ pendant 2 mois, puis 6,90€/mois


ON RESTE EN CONTACT ? 

Si vous ne souhaitez plus recevoir ce type d'e-mails, veuillez vous désabonner ici


En application des dispositions de la loi nº 78-17 du 6 janvier 1978 dite « Informatique et Libertés » modifiée, toute personne physique dispose des droits d'accès, de rectification, d'opposition et de suppression des données la concernant. L'exercice de ces droits peut s'effectuer à tout moment par la voie postale à l'adresse suivante : Le Journal du Dimanche - 2 rue des Cévennes 75015 Paris

>