pornBLOCK

hidden_text

Online shopping for the latest electronics, fashion, phone accessories, computer electronics, toys, home&garden, home appliances, tools, home improvement and more.

Un masque promu, un vote attendu, un journal régional ému
JE M'ABONNE


Bonjour 👋 !

Nous sommes le mardi 4 août et vous souhaitons de bonnes vacances si c'est le cas. Aux autres : bon courage. Voici votre Newsletter du Matin. N'hésitez pas à nous faire part de vos remarques ici.



Anticiper

LES INFOS DU JOUR
Les masques toujours plus nombreux, la Biélorussie appelée aux urnes, un derby londonien avant la Ligue des Champions

Jean Castex était hier à Lille pour défendre le port du masque obligatoire. (Reuters)

1. Les décrets municipaux et préfectoraux se multiplient pour rendre obligatoire le port du masque en extérieur. "Le virus n'est pas en vacances", a déclaré hier le Premier ministre Jean Castex qui a indiqué qu'il "faudra un peu de fermeté pour ceux qui se refuseraient à comprendre".

2. Si l'élection présidentielle se tient dimanche, les électeurs biélorusses commencent à voter aujourd'hui de manière anticipée. Et le résultat pourrait s'avérer historique. Au pouvoir depuis 1994, Alexandre Loukachenko doit en effet faire face à un mouvement de contestation inédit.

3. En attendant la reprise des compétitions européennes, l a finale des playoffs de Championship, l'exigeante deuxième ligue de football anglaise, se disputera ce soir à Wembley. L'affiche : un derby londonien opposant Fulham à Brentford. Le premier club est un cador qui aspire à retrouver l'élite un an après sa relégation tandis que le second ne l'a plus connue depuis… 1947.

L'ACTU À VENIR

INFO JDD. Jean Castex inaugurera l'université d'été du Medef

Lire la suite

Que va devenir la marque Alfa Romeo?

Lire la suite


Expliquer

NOTRE TOPO D'ACTU
Port du masque : qui décide quoi?

Le maire LR de Nice, Christian Estrosi, a décidé d'imposer le masque dans les lieux ouverts, en attendant un arrêté du préfet. (Sipa)

Le masque s'impose en extérieur. Orléans, Biarritz, Lille… Le nombre de communes où le masque devient obligatoire dans les lieux ouverts continue d'augmenter. Hier, Nice a pris un arrêté l'imposant dans ses principales rues de 10h à 1h du matin. L'initiative vient de son maire LR, Christian Estrosi, qui espère prochainement être appuyé par un arrêté préfectoral. A Lille, c'est directement le préfet du Nord qui a imposé cette mesure, entrée en vigueur hier matin.

Les préfets ont plus de marge d'action que les maires. Un décret préfectoral et un décret municipal n'ont pas la même portée. La semaine dernière, le ministre de la Santé, Olivier Véran, renvoyait cette responsabilité aux préfets, représentants directs de l'Etat au niveau local. Ces derniers peuvent donc agir d'eux-mêmes ou être directement sollicités par les maires. L'édile, en revanche, devra justifier toute initiative prise seul par un motif impérieux propre à sa commune. Sans quoi sa décision pourra être attaquée en justice, comme ce fut le cas déjà à Nice en mai pour un précédent arrêté rendant le port du masque obligatoire en extérieur.

Vers une généralisation au niveau national? Le discours du gouvernement pourrait rapidement évoluer, surtout si la situation sanitaire se dégrade. En témoigne la décision de l'exécutif d'imposer le masque dans les lieux clos depuis le 20 juillet (Emmanuel Macron avait d'abord parlé du 1er août). La semaine dernière, Olivier Véran a même dit qu'il "recommandait" le masque en extérieur, à défaut encore de vouloir l'imposer à tous.


👉  Si vous voulez tout comprendre à ce sujet, cliquez ici.

NOS ARTICLES POUR DÉCRYPTER ET MIEUX COMPRENDRE

Covid-19 : bloqués en Chine ou interdits d'y retourner, des milliers de Français se sentent abandonnés

Lire la suite

ENQUETE. Comment Argenteuil est devenue une terre salafiste

Lire la suite


Surprendre

NOTRE INFO EN PLUS
Il se fait enterrer avec son journal préféré

Neymar devant le tableau connecté conçu par ArtDesignPainting. (DR)

Sur les réseaux sociaux, il y a un hashtag assez répandu : #PQRMonAmour. La PQR, c'est la presse quotidienne régionale, les journaux de la proximité. Pour beaucoup de lecteurs, avoir "son" journal, c'est une façon de s'informer sur son quartier et sur le monde certes ; mais c'est aussi un rituel, un rendez-vous sacralisé. René Armentier était un fidèle parmi les fidèles du quotidien La Montagne, qu'il dévorait chaque jour (et depuis toujours) de A à Z.

René Armentier vient de mourir. Il avait soigneusement préparé ses obsèques avec sa fille, Martine Glorieux. "Il aurait voulu un cercueil en sapin basique qui n'existe pas et ne voulait pas de capitonnage, raconte-t-elle au quotidien auvergnat . Lorsque je lui ai dit qu'il faudrait peut-être bien mettre quelque chose, il m'a dit : eh bien, il n'y a qu'à mettre mon journal!"

Une dernière volonté exaucée : René Armentier a été enterré vendredi dernier à Saint-Rémy-sur-Durolle (Puy-de-Dôme) dans un cercueil orné de unes et de pages de La Montagne. Sans doute, le plus bel exemple de #PQRMonAmour

NOS ARTICLES QUI VONT VOUS SURPRENDRE

Pour la première fois, une femme, Pascale Regnault-Dubois, prendra la tête des CRS

Lire la suite

Pourquoi la série culte "Le Prisonnier" est toujours d'actualité

Lire la suite



Découvrez notre offre d'abonnement, gratuite pendant 2 mois
  • Le Journal du Dimanche, le week-end, votre journal à lire et télécharger en version numérique dès le samedi soir à 23h45
  • Le Journal de Demain, chaque soir, du lundi au samedi, l'actualité du lendemain ... avant tout le monde
  • Bon Dimanche, le mercredi, La sélection exclusive de la rédaction pour organiser votre week-end
  • Bon Dimanche à Paris, le vendredi, votre week-end à Paris et en Île-de-France
  • Lejdd.fr en illimité, 100% des articles premium disponibles
Je m'abonne
0€ pendant 2 mois, puis 6,90€/mois


ON RESTE EN CONTACT ? 

Si vous ne souhaitez plus recevoir ce type d'e-mails, veuillez vous désabonner ici


En application des dispositions de la loi nº 78-17 du 6 janvier 1978 dite « Informatique et Libertés » modifiée, toute personne physique dispose des droits d'accès, de rectification, d'opposition et de suppression des données la concernant. L'exercice de ces droits peut s'effectuer à tout moment par la voie postale à l'adresse suivante : Le Journal du Dimanche - 2 rue des Cévennes 75015 Paris

>